«Mon père m’en a voulu»

mar, 14. jui. 2020

Fils d’un contremaître, Pascal Doutaz est devenu maçon contre l’avis de son père. En 1993, à 36 ans, il prenait la tête de Grisoni-Zaugg. Sous sa direction, le groupe actif dans la construction est passé de 350 à 1000 employés. Deuxième épisode de notre série de portraits-trajectoires.

SOPHIE ROULIN

Un bâtisseur. Dans le concret, dans le réel. Pascal Doutaz n’a eu aucun doute au moment de choisir son métier. Il voulait devenir maçon. Comme son papa qui était contremaître chez Trezzini. «Lui en a été très fâché. Il voulait que je fasse des études. A l’époque, maçon était un métier pour les cancres. Quand tu faisais des mauvaises notes à l’école, on te disait que tu finirais maçon.»

Mais rien ne l’aurait fait changer d’avis. Pas même les six premiers mois de son apprentissage chez…

L'article complet n'est disponible que pour les abonnés.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending